Recevez nos meilleurs articles

C’est un classique, plutôt prudent, pour un premier rendez-vous, que de se retrouver au restaurant… Outre le choix du restaurant, parfois lourd de conséquences sur le mode de séduction, une question cruciale risque de vous hanter avant, pendant et à la fin de ce premier repas pris ensemble : dois-je payer, proposer de payer, insister pour payer ?

LE PREMIER RESTAU VU PAR LES FEMMES

Pomponnée, mise en valeur, prête à tenir la discussion, vous voilà enfin face à ce charmant jeune, ou moins jeune, homme que vous avez envie de séduire… Mais voilà, il est une difficulté qu’il vous faudra surmonter lors de ce moment crucial qu’est le dépôt de l’addition sur la table : comment faire ?

Finalement, tout dépend de votre position dans la vie et de votre façon de voir les choses… En ces temps où le féminisme a encore besoin de faire son trou dans les esprits, il peut être de bon ton de proposer de partager la note. En référence à la parité, à ne pas confondre avec l’égalité, entre femmes et hommes (la lettre F précédant la lettre H dans l’alphabet, il est de bon usage de parler de parité femmes-hommes, plutôt que de parité hommes-femmes, qui met justement en scène une absence de parité – fermons ici la parenthèse-), certes, mais aussi par pure correction…

Si vous insistez pour payer l’intégralité de l’addition, cela peut par contre froisser votre compagnon de table, ou en tout cas lui mettre la puce à l’oreille : auriez-vous un problème avec l’argent, le rapport à l’argent et la question de l’éventuelle domination qu’il exerce sur vous ?

Le partage, c’est une valeur sûre en matière de séduction, également en matière d’argent : proposez de partager l’addition !

LE PREMIER RESTAU VU PAR LES HOMMES

Plus difficile : la position masculine.

En effet, vous êtes au premier plan, puisqu’il y a fort à parier que la personne qui apportera l’addition vous la présentera à vous, en vertu de conventions purement démodées et hors d’âge. Il vous faudra donc adopter la bonne attitude.

Plusieurs cas de figure se présentent ici. Si la demoiselle en face de vous propose de partager la note, le choix est simple : vous acceptez ou vous refusez…. Si vous acceptez, et selon les quelques sondages effectués auprès de mon entourage masculin, il y a fort à parier que la demoiselle ne vous plaît pas tant que ça, et que vous estimez qu’un partage équitable de l’addition rattrapera le temps quelque peu gâché de ce premier rendez-vous.

Si vous refusez, ne le faites pas mollement, de grâce ! Refusez aimablement mais fermement, histoire que la demoiselle ne se sente pas obligée d’insister, pour éviter de vous enliser dans des « mais si, j’insiste », des « mais non, je t’en prie… ». Et pour clore la question au plus vite, sortez votre moyen de paiement sans passer deux plombes à chercher dans vos affaires !

LA SITUATION IDEALE

C’est encore une fois celle du naturel qui rejoint celui de l’autre, et qui fera que l’épreuve de l’addition se passera sans difficulté, avec sourire et délicatesse.
Toutes les possibilités sont alors ouvertes, et si vous le sentez comme ça tous les deux, partagez donc l’addition, il n’y a pas de honte fondamentale pour les femmes ou pour les hommes à faire ainsi. Par contre, évitez à tout prix de décortiquer l’addition pour que chacun paye précisément ce qu’il a mangé et bu, sous peine de tomber dans la grossièreté la plus crasse. Partagez en deux le montant de l’addition, laissez chacun un pourboire et volez vers de nouvelles aventures !

Dans tous les cas, le moins d’excès de la part de chacun vous vaudra une fin de repas harmonieuse. Si vous êtes un macho incurable qui ne peut envisager de partager une addition, ou une féministe militante qui trouve inconcevable qu’on paye pour elle, alors le moment de l’addition ne sera qu’un révélateur de tout ce qui risque de vous opposer à l’avenir.

Sarah