Recevez nos meilleurs articles

Le syndrome de la madone et de la putain serait une réalité vécue par bien des hommes encore aujourd’hui, malgré la révolution sexuelle et la diminution des tabous sexuels. Est-ce que nous les femmes gérons mieux ces changements? Est-ce que le fait que nous vivions mieux notre sexualité nous créerait plus de problèmes avec ces messieurs?

La madone

Ici lorsqu’on parle de la madone, nous faisons référence au symbole de la mère, de celle qui prend soin, de celle qui vieille à tout, c’est la bonne fille avec qui vous pouvez envisager un avenir sérieux et peut-être même penser avoir des enfants. C’est une femme dont vous pourriez tomber amoureux, elle est à l’image de votre mère : vous ressentez pour elle un sentiment qui se rattache à l’amour que vous avez pour votre maman. Avec cette femme, l’homme aura des relations sexuelles « convenables » puisque sa femme n’est pas une putain!

La putain

La putain (on ne parle pas de prostituée ici) est celle qui transpire la sensualité et la sexualité, celle avec qui vous vous sentez homme, désirable et désiré! Celle avez qui vous pouvez assouvir vos plus bas instincts. Celle avec qui vous vous amusez mais qui ne pourra jamais attendre plus de vous, vous n’épouserez quand même pas une putain!

Alors pourquoi dissocier la madone de la putain ?

Cette conception de la femme ferait partie de notre héritage judéo-chrétien. Nous parlons souvent que l’homme peut dissocier sexualité et amour, ceci est un très bel exemple de cette dissociation. Avec la madone vous ne pouvez pas être « sale et pervers » puisque vous la « respectez! » Mais vos désirs « bestiaux » vivent en vous et vous pouvez les vivre avec la putain. Cette théorie fait partie de celle qui explique l’infidélité de bien des messieurs.

Si on pousse la réflexion plus loin…

Est-ce que cela pourrait être une cause au fait qu’il y ait jamais eu autant de célibataire qu’à notre époque? Les femmes sont de plus en plus libérées, elles assument maintenant leur sensualité et leur sexualité, elles l’exposent même! Elles sont aussi plus autonomes et indépendantes. Est-ce que cela pourrait jouer dans l’inconscient des hommes et nous confiner, nous femmes libérées, beaucoup trop souvent dans la case de putain? Est-ce que cela pourrait expliquer se qui fait qu’on nous propose beaucoup trop souvent sans aucune gêne une aventure ou bien le rôle de maîtresse? Serions-nous victime de notre évolution? Qu’en pensez-vous?

Juste de Passage