Recevez nos meilleurs articles

Après une première partie consacrée à l’aspect plus particulièrement historique de la séduction, voici venu le temps d’entrer dans le vif du sujet, et d’évoquer aujourd’hui les attitudes de séduction, pour finalement évoquer ce que les « experts » appellent le « body language » ou « langage du corps »…

Les attitudes de séduction chez l’homme

De nombreuses publications sur le sujet évoquent la nécessité pour l’homme d’être dans une attitude « intrusive ». Rassurons ici les hommes : il n’est pas besoin de vous jeter sur vos probables conquêtes, mais bien de plutôt manifester, essentiellement par la parole, que vous êtes quelqu’un de sûr de vous, capable d’affronter les difficultés de la vie.

En amitié comme en amour, il est rare que nous choisissions, quel que soit notre sexe, quelqu’un dont nous pressentons qu’il geindra en permanence et ne sera pas capable de faire face aux embûches que la vie ne manquera pas de mettre sur notre chemin !

Historiquement, les attitudes masculines de séduction se sont adaptées, notamment à la place plus égalitaire gagnée à la femme. Ainsi, il n’est plus besoin aujourd’hui de bomber le torse en étalant ses richesses et son pouvoir, fort heureusement, d’ailleurs. Le travail croissant des femmes a en effet comme corollaire une attente moins systématique et moins marquée en la matière.

O.K., reconnaissons toutefois que même aujourd’hui, un chômeur longue durée reste a priori un poil moins attirant qu’un type bien dans son travail, et ce quel qu’il soit.

Notons toutefois qu’aujourd’hui encore, la séduction mise en œuvre par les hommes passe beaucoup par la parole, et qu’il vous faudra vous entraîner encore et toujours à aborder les femmes… Dans la majorité des cas, en tout cas.

Les attitudes de séduction chez la femme

Les féministes convaincues ne partageront sans doute pas ce point de vue, mais il est avéré que la séduction chez la femme, dans les tous premiers moments, passe par une phase dite passive. Les hommes se sentiront peut-être même scrutés, passés au crible du système de valeurs parfois très figé de ces dames. Et souvent, ça passe ou ça casse !

Si ça passe, l’attitude accueillante de la femme se mettra bien vite en place, avec une posture physiquement plus ouverte (elle décroise les bras, se penche vers vous, penche un peu la tête pour mieux vous écouter…).

Si ça casse, vous le verrez, le sentirez ou l’entendrez relativement vite, messieurs. Car les femmes ont cette fâcheuse habitude de manifester très vite leur mécontentement ; les habitués de la vie commune ne me démentiront pas, tandis que l’homme a plus tendance à faire bonne figure, à « encaisser ». Sans généraliser à l’excès, on peut dire que le célèbre « râteau » est plus masculin que féminin, pas vrai ?

Langage du corps et séduction

Ne nous trompons pas de sujet ici ; il s’agit d’avoir à l’esprit quelques outils simples de « décodage », mais certainement pas d’en faire un mode d’emploi exhaustif. En effet, une attitude que nous pourrions qualifier de négative au regard du langage du corps peut être simplement provoquée par une forte timidité.

Certaines femmes n’hésitent pas à mettre tous les atouts physiques de leur côté : ainsi, il y a fort à parier qu’une femme soigneusement habillée et maquillée pour une soirée sera plus ouverte à vos avances que celle qui se balade par là en jogging et au naturel (ce qui ce l’empêchera pas d’être jolie, sans tricher, et de recevoir vos compliments avec plaisir et surprise).

Les hommes, eux, veilleront, outre leur tenue et leur hygiène (préalable indispensable à toute entreprise de séduction, tant pour l’homme que pour la femme), à paraître confiants, à l’aise. Bien sûr qu’un type qui sue sang et eau avant de vous adresser la parole va vous faire fuir ; cependant, une timidité soigneusement cachée peut nous attendrir.

Nul besoin, donc, de se transformer en tigresse qui chaloupe ou en loup en quête d’une proie, mais bien de veiller, dans ce que votre corps exprime, à ne rien exprimer qui puisse être interprété comme un rejet ou un manque d’intérêt.

Égalité des sexes, soit, appliquons donc cela en chacun faisant l’effort d’écouter l’autre attentivement, en le regardant dans les yeux, sans croiser les bras ni regarder sa montre. Vous ne finirez peut-être pas dans le lit de l’autre, mais à défaut d’avoir rencontré l’amour, vous aurez passé un moment agréable et vous vous serez peut-être même fait un(e) ami(e).